Après le crépuscule

N. Lygeros




Nous avions gravé sur ces pierres solitaires
La mémoire de notre peuple
Pour que chacun d’entre nous,
Même après sa mort,
Pût se souvenir.

Seulement nous avions oublié
L’insupportable légèreté de l’être
Que devaient soutenir
Nos croix.

Désormais, nous le savons,
Le souvenir ne suffit plus,
Il faut lutter.

Pour mourir en paix
Et ne pas oublier.

Tous et tout.







free counters


Opus