Silence. (Dessin)

N. Lygeros




Peu à peu, la discussion devenait plus profonde. Toujours dans le cadre de la recherche, les étudiants recherchaient les schémas mentaux. En un instant, ils lui demandèrent s’il pouvait y avoir une relation avec les hyperstructures afin de créer des liens. Il parla alors de résultats qui avaient été trouvés avec Chaunier sur les groupes cycliques et avec Mizony sur les groupes quelconques. L’idée était simple puisqu’elle utilisait un vieux théorème. Il était toujours possible de trouver un ensemble partiellement ordonné qui était isomorphe au groupe d’automorphisme d’un groupe quelconque. Mais pour que le résultat soit constructif et si possible avec le plus petit ordre , ils ont trouvé une nouvelle méthodologie. Ils prirent d’abord un groupe, tracèrent sa matrice, construisirent le tableau de Cayley et ensuite incorporèrent des chaînes à chaque sommet et ainsi, ils ne cassèrent pas la cyclicité du graphe et créèrent enfin un ensemble partialement ordonné pour lequel le groupe d’automorphisme était isomorphe au groupe initial. Σε κάποια στιγμήen un instant, Κορυφών : sommets (théorie des graphe) https://pdfs.semanticscholar.org/421d/20cdd3c55c545e3879dcca5959cb3ca483b5.pdf Birkhoff: 1946 Tout group fini peut être réalisé (que signifie réalisé?) par un groupe d’automorphisme d’un poset fini. Si |G|=n, G peut etre réalisé par le groupe d’automorphism d’un poset avec n(n+1) points. (Ce théorème est-il important car il fait un lien entre une notion algébrique et une notion d’ordre).







free counters


Opus