Transcription de la lettre d'Alexandre Carathéodory à Stéphanos Chryssidhys du 2 Mai 1890

N. Lygeros




             Samos. Le 2/14 Mai 90

Mon cher Chryssidy Effendi.
Reçu votre lettre du 25 Avril.
Merci pour tout ce que vous me
dites concernant mon discours. Mes
idées sont bien simples, elles au-
raient suffi pourtant à une
petite île comme Samos, n’étaient
les labyrinthes moraux et intellectuels
dans lesquels nous jettent les idées
qu’on importe de Grèce, idées
malheureusement trop peu pratiques,
et aussi l’idée d’exploiter la si-
tuation qui est faite à l’île
au profit de certaines individualités


je vois là le germe de bien des
difficultés futures. Mais n’em-
piétons pas sur l’avenir. Dans
le moment actuel l’Assemblée
semble travailler assez régulièrement.
Voyons si nous pouvons éviter
jusqu’à la fin les anicroches.
Vous savez qu’ici nous en avons
de toute espèce. La grande affaire
c’est la question financière. Comment
ferons-nous pour trouver de l’
argent ? On en trouverait facilement,
mais, pour nous la question est
de se faire arracher la dent sans
qu’elle fasse mal : c’est de trouver


la caisse toujours bien garnie,
sans jamais rien y mettre.
Malheureusement le manque de
pluies persiste. Vous ne
sauriez vous faire une idée du
temps maussade qu’il fait. Pour
ne pas en être agacé, on devrait
être pourvu de nerfs d’acier.
Aussi permettez-moi de remettre
le reste au prochain.

                Tout-à-vous
                Al Carathéodory







free counters


Opus