L’innocence des ennemis

N. Lygeros




Cela faisait des jours que nous marchions dans le froid.
Cela faisait des nuits que nous ne mangions pas.
Une seule et unique chose nous tenait en vie :
la fin du voyage au bout de la nuit.
Nous voulions rester ensemble quoi qu’il arrive
et nous sommes parvenus à l’autre rive.
Désormais enfin réunis dans la mort dans un lit,
nous voilà devenus l’innocence des ennemis.









free counters


Opus