Le mutisme du dialogue

N. Lygeros




– Nous prétendons parler pour communiquer.
– Ce n’est pas le cas ?
– Nous communiquons notre néant.
– Car nous n’avons rien à dire ?
– Qu’importe la parole si elle n’a pas été pensée.
– Que proposes-tu ?
– Penser dans le silence.
– Mais cela n’est pas suffisant.
– Je le sais bien. Un temps. C’est seulement nécessaire.
– Cette nécessité suffit-elle ?
– Certainement pas.
– Nous devons donc communiquer par la suite.
– Oui, mais uniquement par la suite.
– Sinon quoi ?
– Sinon nous n’échangeons que le vide de nos pensées.
– Le bruit de la société.
– Les hommes n’ont besoin que de musique.
– Ainsi tu penses que les gens écoutent seulement la musique du bruit ?
– Ils ne l’écoutent pas. Ils se contentent de l’entendre.
– Ce doit être assourdissant pour toi.
– C’est le cas pour tous les hommes.
– Ils sont donc si rares.
– Autant que la musique dans le bruit.
– Il faut donc ramener le silence.
– C’est le seul moyen de faire taire le bruit.
– Alors nous écouterons enfin de la musique.
– Celle de l’humanité.







free counters


Opus