Ocre rose

N. Lygeros




Derrière le vieux rose des murs,
des âmes seules contemplaient les rues
comme si le monde s’arrêtait au carrefour.
Les fenêtres jadis ouvertes
pour déverser la musique d’un piano,
étaient désormais fermées pour échapper
au bruit d’un quotidien dépourvu de ciel.
Aussi l’ocre de la beauté avait disparu
pour laisser la place aux ombres
qui ne connaîtraient plus le soleil.







free counters


Opus