Humanitas et Tempus XX

N. Lygeros




L’accès à l’humanité n’est possible qu’avec l’œuvre car seule l’activité incessante justifie l’existence humaine. C’est pour cette raison que la société contrôle le travail. Car elle ne désire pas qu’il se transforme en œuvre. Elle n’accepte que le travail forcé, le travail utile, le travail sur commande. Tout autre travail est suspect car il est humain, trop humain pour la société. Un travail qui mène à la liberté ne peut être que le fruit d’une audace prométhéenne. Or cette dernière inquiète la société autant que les dieux. S’ils ont condamné Prométhée via l’état et la violence, c’est qu’il représente le symbole de l’humanité et du temps. Prométhée en tant que Titan était présent dans le passé des dieux. Il les a donc vu arriver et prendre le pouvoir. Il a pu voir l’instauration de cette société et sa décision d’arrêter le temps via l’immortalité. Cependant Prométhée voyait aussi l’avenir. Considérant que le temps est nécessaire à l’évolution de l’humanité, il ne pouvait que lutter contre le pouvoir immortel des dieux. Il est donc une mémoire du futur, une intelligence de l’avenir enclavée dans le passé. Sa résistance contre les dieux et son sacrifice pour l’humanité, correspondent à un schéma mental profond. Au delà du mythe de Sisyphe selon la thématique de l’absurde développée par Albert Camus, le mythe de Prométhée est celui de l’intelligence. Ce mythe montre que l’intelligence est l’avenir de l’humanité. Il s’agit du point de vue cybernétique d’une véritable machine de Wiener. Elle exploite le feedback temporel puisque l’humanité n’a pas de sens sans l’intelligence et l’intelligence n’existerait pas sans l’humanité. Aussi le mythe de Prométhée qui est l’archétype du génie universel, représente le paradigme de la résistance temporelle à l’immortalité du présent. Il est donc naturel que la société haïsse tant celui qu’elle considère comme le responsable de la fin de l’éternité. Car pour permettre la vision de l’humanité, il était nécessaire que le rêve des dieux cesse. C’est aussi pour cela que Prométhée affirme dans notre oratorio que s’il avait été dieu, il se serait suicidé pour laisser l’humanité libre d’évoluer. Prométhée constitue l’affrontement générique de la société contre l’humanité. Il est d’une part celui qui commet le sacrilège i.e. il vole le feu et d’autre part celui qui ose le sacrifice i.e. il offre la lumière. Il est donc possible de l’interpréter comme une transformation générique. A travers son œuvre le feu du pouvoir devient la lumière de l’essence. Il constitue l’exemple à suivre pour tout homme conscient d’appartenir à l’humanité. Seulement pour cela il doit d’abord devenir la cible de la société puis transcender ses obstacles afin de se transformer de simple singularité en anomalie multiple, capable d’engendrer un impact créatif et créateur pour l’humanité. Car Prométhée c’est le temps de l’humanité.







free counters


Opus