Le cauchemar sans fin

N. Lygeros




Nous jouions de la musique pour la mort
et pour étouffer les cris des nôtres.
Nous survivions en coupant les cheveux
des victimes qui ne savaient pas encore.
Nous avons survécu au cauchemar
mais nous ne pouvons pas nous réveiller.
L’horreur est toujours présente parmi nous
alors que nous entendons déjà les cris
d’un négationnisme qui ne veut pas savoir.







free counters


Opus