Lettre de Richard à Stefan

N. Lygeros




Cher Stefan,

Tant que je serai président de la Reichsmusikkammer, personne, tu m’entends bien, personne n’enlèvera ton nom de l’affiche de Die schweigsame Frau. C’est vrai que certains l’ont tenté à Dresde mais je l’ai rétabli. Aussi, ne t’inquiète pas, mon ami. Ta judaïté n’est qu’un prétexte pour les barbares. En art, il n’existe que deux catégories d’hommes : ceux qui ont du talent et ceux qui n’en ont pas. Après tout, crois-tu que Mozart composait en aryen ? Qu’importe si le conducteur n’est pas venu à la première ! Qu’importe que l’opéra soit interdit ! Rien ne me fera changer d’avis. Car tout cela n’est rien devant le cadeau pour l’humanité que tu représentes, mon cher Stefan.

Ton ami, Richard


P.S. N’oublie pas de me donner des nouvelles de M. B...







free counters


Opus