Transcription de la lettre 20 de R. Fraïssé à N. Lygeros (01/12/1990)

N. Lygeros




                                                                Nik,                                  1/12/90

1) De retour à la maison depuis jeudi soir 29,
il ne m'a pas fallu moins de deux nuits de sommeil
profond et d'un massage dorsal (qui fait partie de
ma rééducation) pour me remettre de ces
trois jours de fête: mardi et mercredi avec
toi, avec Anne-Marie et avec ou contre les collègues,
mercredi soir et jeudi avec Jeanne (ma fille)
et Mireille (ma sœur). Bref, à Lyon, ce fut
une orgie intellectuelle et musicale avec une bouffe délicieuse et une intense joie
de vivre; comment vous en remercier?
2) A tout hasard, ce samedi matin, j'ai été
poster pour vous-deux un exemplaire de mon
unique recueil de poèmes "Diffusion pénible
ou Quarante poèmes à compte d'auteur".
(allusion évidente à Pirandello); j'ai
imaginé les "Editions du Jubilé" en raison du
symposium-jubilé de juillet dernier destiné
à fêter mon départ à le retraite et mes 70 ans.
3) Ci-joint la photocopie des pages intéressantes
de "Conceptual Foundations of Quantum Mechanics",
avec l'adresse de Bernard d'Espagnat.
Personnellement je crois que la désintégration
du di-neutron aux pages 274-275 est
analogue à l'onde porteuse de deux protons
partant de l'état singulet.  Aucune direction
n'est privilégiée au départ, c'est seulement
lorsque les impacts se produisent qu'il y a
corrélation des impacts opposés. Bref tout cela
est banal et il n'y a pas de quoi fouetter
un chat ni invoquer le diable, de Demon-Contradiction
comme le fait Bernard d'Espagnat.

 

 

4) Ci-joint billet et resas aller et retour
à remettre à la gentille secrétaire qui
nous avait reçus après la conférence.
5) Avant mon départ de Lyon pour Paris, mercredi après-midi,
j'ai vraiment été mauvais pédagogue au
sujet du spin.
D'abord on peut aussi bien écrire

que changer  en -: on passe de l'un à
l'autre, au signe près, en changeant le
sens de l'impulsion, ce qui ne change pas
l'énergie.
Ensuite puisque les matrices  anticommutent
et que   alors que
on a immédiatement

Conclusion 1) Si on est en première quantization, on n'a
qu'une seule équation. Donc, par exemple,
   

et deux fonctions d'onde plane possible, soit (w)
à fréquence positive, et (w) à fréquence négative 
ce qui donne

((w) est le spineur
fonction de p )

les fermions   avec (w)
et
les antifermions  avec (w)
                  autrement dit
2) Si on est en théorie quantique des champs, on n’a qu’une seule
fonction d’onde, nécessairement à fréquence positive, soit (w)
et deux équations de Dirac, soit
                             
Excuse moi, Anne Marie, cette
seconde page est pour Nik tout seul
Néamoins, votre ami Roland

 

 

 

rappel : fermion signifie que les deux premières composantes du spineur (w)=(a,b,c,d)
sont « grandes » i.e. aa*+bb*-cc*-dd*=1
antifermion signifie que les 3ième et 4ième sont « grandes »
i.e. aa*+bb*-cc*-dd*=-1







free counters


Opus