Têtes de chevaux

N. Lygeros




« À Paris on est toujours navré comme un cheval de fiacre,
et si on doit encore rester seul avec ça dans son étable
ce serait trop fort. »

Il fallait donc changer d’air.
C’était devenu irrespirable avec le temps.
Seulement le frère était encore en prison.
Alors Vincent préférait le voir en compagnie
pour qu’il eut quelqu’un avec qui
partager ses moments de solitude.







free counters


Opus