Peindre dans le vent

N. Lygeros




« J’ai beaucoup de mal en peignant à cause du vent,
mais j’attache mon chevalet à des piquets plantés dans le terrain,
et travaille quand même,
c’est trop beau. »
Il fallait donc souffrir pour dessiner le beau.
Il devait s’accrocher à la terre
pour peindre les paysages de la Provence.
Était-ce du vent que tout cela
ou seulement la misère passagère ?
Seul Vincent pouvait vraiment le dire
et Théo le comprendre.







free counters


Opus