Dans la maison du thé

N. Lygeros




L’encens embaumait les lieux
comme pour rappeler un temple bouddhiste.
Les livres à portée de la main
gardaient les hommes de l’oubli.
Quant au thé, il avait la saveur
de la mémoire de l’humanité.
Il parvenait à nous, nu,
après sa traversée du désert.
Et ainsi nous goûtions enfin
les gestes d’un passé immémorial.







free counters


Opus