Le secret de la croix (30)

N. Lygeros

Traduit du Grec par A.-M. Bras




Le lac avait gelé. Plus rien ne le séparait désormais de la terre sèche. Et la petite île appartenait de nouveau au corps de la terre. C'était là-bas que les trente baisers du soleil touchèrent le sol. C'était là-bas que se trouvaient aussi le voleur avec les saints. Les envahisseurs considéraient le lieu sûr tant qu'il y avait le lac. Seulement maintenant qu'il avait donné sa main à la terre, ils craignaient l'attaque. Et ils voulaient égorger le voleur et sa rose avant que n'arrivent les « Libres » des montagnes. Ils les conduisirent au monastère secret. Le sang du voleur se déversait sur sa rose, elle le tenait dans ses bras tel un aigle blessé. Quand ils pénétrèrent dans la salle principale, ils virent la croix et s'étonnèrent. Tous les deux connaissaient son secret. Les envahisseurs les placèrent près de la sainte table. Le couple était seul sous le signe de la croix, et autour de lui, le plus féroce des corps de combat de l'armée noire. Soudain, les portes du monastère s'ouvrirent et tous virent les « Libres » avec le petit-fils. Les ennemis tirèrent leurs balles mortelles et atteignirent le voleur et sa rose. Ils tombèrent près de la sainte table juste en dessous du secret de la croix. Le petit-fils les vit et son coeur se brisa, seulement il ne lâcha pas son épée. Les « Libres » vengèrent leur mort. Quand les dernières ombres de l'armée noire tombèrent le petit-fils s'approcha de la vie et de l'âme. Elles étaient enlacées et tenaient ensemble la croix de la sainte table. Il ne voulait pas les déranger et il toucha seulement la croix, leur dernier message. Il ouvrit l'ouverture secrète et pleura de joie.







free counters


Opus