Vincent van Gogh ou l'impossible quête

Conférence et Exposition

15/10/2009

Mairie du 6e, Lyon

N. Lygeros


Avant-propos de Danielle Deltel

            Monsieur Lygeros consacre une part de sa vie aux mathématiques, à la logique et à la géostratégie. Nous n'en parlerons pas. L'autre partie, il la consacre à la poésie, au théâtre, à la peinture - autant d'activités qui pour lui ne sont pas séparées mais s'imbriquent, se nourrissent les unes des autres et qui sont l'occasion, l'expression, d'une réflexion sur l'homme, le temps, la société.

            Nikos Lygeros n'est pas de formation un historien de l'art. Ce n'est pas non plus un amateur d'art. Il s'y connaît, il est même devenu érudit en la matière. Mais surtout il est dans ce domaine à la fois un philosophe et un artiste.

            Sa légitimité à parler de Van Gogh ce soir, c'est la familiarité qu'il a avec cette œuvre, le cheminement qu'il fait en sa compagnie, avec cette manière propre qu'il a de mettre à l'épreuve pratique les analyses qu'il tire de Van Gogh et les impressions qu'il ressent.

            L'œuvre de Nikos Lygeros comporte des dessins (des encres de Chine, feutres, fusains, sanguines) et des peintures (peintures à l'huile, pastels à l'huile). Il dessine, il peint, d'après Van Gogh, ou plutôt, avec Van Gogh, en pénétrant à la fois une vision du monde et une technique. Van Gogh, qu'il appelle Vincent, devient ainsi son modèle, son maître, son double, son frère en humanité, en peinture, en souffrance peut-être.

            Le petit livre que je tiens à la main, Le Monde de Vincent, réunit des reproductions des œuvres de Nikos Lygeros - qui portent toutes dans leur titre la référence à Vincent - et des poèmes en regard. Il illustre bien cette double approche de penseur et d'artiste, prise dans une démarche unitaire pour comprendre et s'approprier le monde de Vincent.




Partie 1





Partie 2












Locations of visitors to this page free counters