36880 - Skopje, l’Union Européenne et l’OTAN

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

  • Post Category:Articles

En regardant les cartes de l’Union Européenne et de l’OTAN en même temps, il n’est pas difficile de lire les éléments stratégiques, topostratégiques et chronostratégiques. De cette façon cela rend plus facile l’approche de ces deux hyperstructures par rapport à Skopje. En Grèce, nous avons l’impression, ou tout au moins il semble de manière artificielle, que les négociations ne se font que localement. Skopje appartient au trou topologique de l’ex-Yougoslavie et de l’Albanie. L’autre trou est la Suisse. Aucune des deux hyperstructures ne souhaite de faiblesses à l’intérieur. Et la Slovénie et la Croatie ont rejoint cette logique. Les problèmes de Skopje, par conséquent, aux yeux de l’Europe et de l’OTAN, suivent le même schéma mental en termes de stratégie. Ce n’est donc pas une hypothèse décousue sans rapport avec les autres données. Si nous regardons une grande carte et que nous ne nous limitons pas aux négociations, nous comprendrons que la Grèce a une stratégie dominante sur le thème et qu’il n’est pas question que quiconque n’empiète sur nous. Parce que l’Union Européenne et l’OTAN comptent sur nous, surtout maintenant que la Turquie s’est éloignée de son processus d’adhésion et de la volonté de l’OTAN. En outre, la stratégie américaine a choisi le côté des Kurdes, en ne donnant pas d’importance aux aberrations de la Turquie. Donc, la Grèce est encore dans une meilleure position.