Les couleurs de Vincent

« Les eaux font des tâches

d’un bel émeraude et d’un riche bleu

dans les paysages

ainsi que nous le voyons dans les crépons.

Des couchers de soleil orangé pâle,

faisant paraître bleus les terrains.

Des soleils jaunes splendides. »

Bernard avait sans doute du mal

à comprendre le monde de Vincent

qui n’était pas celui de la réalité.

Rien de tangible dans ses couleurs,

si ce n’est le parfum de la bonté

et de l’humanité qui résistent

tant bien que mal à la misère

d’une société noyée dans le gris

d’un lieu qui ne connaît le ciel.

Close Menu