Transcription de la lettre 14 de R. Fraïssé à N. Lygeros (09/10/1990)

N. Lygeros




Quelle est la signification phonétique de l’accent sur le ô en grec,                                 1
donc pour prononcer ton nom ?
Merci de ton aimable invitation pour le 17, mais il faut d’abord que je joigne
Maurice Pouzet par téléphone à son retour à Lyon demain mercredi 10, pour savoir
quand il pourra
m’héberger.
                        Nik,                                                                            mardi 9/10/90

    1) Merci de tes lettres des 28 septembre et 2 octobre. Avant de les
    avoir, je t’avais déjà adressé chez   « Singularité » la deuxième
     moitié de la thèse Ben Dov.
    2) Ci-joint un reprint de « Les axiomatiques sont-elles un jeu ? »
     (Dialectica 1978) en rapport avec notre discussion sur l’ordinateur
    et Homo scientis. J’ai publié aussi en 82, une version un peu
    différente sous le titre « Les axiomatiques ne sont-elles qu’un jeu ? »
    (Editions du Seuil, Point-Sciences en compagnie de onze autres
     auteurs dont quelques locomotives (Dieudonné, Thom, etc).
    3) Ci-joint un projet pour l’article de vulgarisation.
    Cela me ferait grand plaisir d’être traduit en grec par
     toi : je te fais confiance pour le niveau et l’honnêteté de
     ta traduction. Je suis déjà habitué à ne rien comprendre
     à certains de mes écrits traduits : la brochure « Point Sciences »
     est parue en japonais : seuls les chiffres et le point d’inter-
    rogation (?) étaient inchangés donc reconnaissables.
    Le problème est que la version ci-jointe mesure environ
    425 lignes dactylo. Même si on compte une page
    imprimée pour 42 lignes, cela fait environ dix pages,
    non compris le Sommaire ni la Bibliographie.
     Comment sabrer encore là dedans ? Conseille-moi.
    4)  Ci-joint une version modernisée de la Genèse, à
    ma manière. A toi de voir s’il faut y trouver une
    façon de « croire » ou de se moquer de la Genèse de
     la Bible. Le terme « croyant » est trop mal défini pour
    que je me classe parmi les croyants ou les mécréants.
    Sache seulement que je ne prie pas, je ne rends aucun
    culte au « dieu des philosophes et des mathématiciens » que j’invoque.
    Mais quand cela est commode de parler de lui, je
    ne vois pas pourquoi m’en priver, même si c’est
     un peu pour rire. Feynman personnifie bien la Nature
    dans « Lectures on Physics » Volume III chap.3 p 9 :
    You may argue « I don’t care which atom is up » Perhaps you
    don’t, but nature knows… » En ramification, il est
    nécessaire d’introduire une connaissances locale par la
    nature. Exemple : la fonction d’onde F(u1,u2) de deux corpus-
    cules de même espèce évolue dans le carré de l’espace-temps.
    Mais une loi physique calculant par exemple le poids d’une
    branche biimpactée d’origines u1 et u2 n’a le droit
    d’utiliser ce poids qu’en des zones situées dans le futur
    commun de u1 et u2. On peut donc dire que la nature ne
     connait la valeur de F(u1,u2) qu’aux points-instants
    postérieurs à la fois à u1 et à u2. Dans quelle mesure
    la nature est-elle « personnifiée » par une telle règle, je ne me
    hasarde pas à le dire. En tous cas cette règle est très utile
    pour y voir clair en ramification.

* J’ai reçu une lettre Michel MIZONY : l’ayant appelé au téléphone, il en résulte que
ma conférence éventuelle serait seulement vers décembre (un vendredi ce qui me convient) j’essayerai de venir passer 2 jours à Lyon d’ici là (fin octobre ?)
selon les possibilités d’accueil de Maurice.

 

    5)  S’il suffit de compter les années à partir de la
    naissance d’ailleurs mal calculée de Jésus pour
    être chrétien, alors on est chrétien à bon compte.
    J’espère ne pas te vexer en pensant que, de même
    que l’Esperanto, qui raisonnablement devait unir
     les hommes et unifier leur langue, a échoué
     au profit du basic English, de même je ne
    crois pas du tout que les hommes vont tous aller
    à l’athéisme et s’unir sur le nom de Socrate.
    Il est plus probable que le décompte à partir de
     Jésus, s’il doit être renversé, sera remplacé par
    exemple par le décompte à partir de Mahomet
    (si les Arabes prennent la direction politique du
    monde) ou à partir de Confucius si ce sont les
    Chinois qui un jour nous dominent. Bref,
    je veux bien croire à un certain progrès scientifico-
    technique parce que c’est une condition de la
    domination politique, mais pour le progrès moral,
    politique et philosophique j’ai déjà donné : j’y ai cru jusque vers trente ans
    et pense pour cela être un grand naïf (plutôt
    un petit naïf car, si je dépasse de peu la taille
    de Rocard, je suis à peu près ex-aequo avec Mitterrand).
      6) Je revendique l’expression « sans doute en respectant
      la continuité et la dérivabilité ». J’avais déjà, en 87, l’idée
      de « quadri-dimensionner » l’interaction entre l’onde
      du corpuscule capté et celle du rayon capteur. C’est
      chose faite en 90. Au lieu qu’en 87 le rayon capteur
      était représenté par une pellicule sphérique (ou à peu près)
       tridimensionnelle (2 dim. spatiales et 1 temporelle)
      sur laquelle l’onde du corpuscule capté venait
      tomber brusquement à zéro, en 90 le rayon capteur
      est une zone quadridimensionnelle qui interagit
      avec l’onde porteuse du corpuscule capté ; cette onde
       tombe encore pratiquement à zéro mais continûment et
      différentiellement du fait que la divergence –D(u)
      du quadrivecteur courant-présence, de nulle qu’elle
      était hors de la zone d’interaction, devient négative
      dans cette zone. Mais on m’aurait traité de vantard
      si dans l’article de 87, j’avais annoncé explicitement « si je vis encore
      trois ans, la chute à zéro de l’onde du corpuscule capté
      sera avantageusement remplacé par une chute
      à presque zéro en respectant continuité et dérivabilité ». 

P.S (Petit Scenario si je viens à Lyon). Il me sera
commode de prendre le train vers 9h 17 pour être
à Lyon Part-Dieu le jour n à 12h 40 ; puis je sais
me débrouiller avec le bus 26 ou 38 pour aller
à la fac Claude Bernard. Libre de me rencontrer
et palabrer sur la ramification l’après-midi
du jour n et la journée entière le jour n + 1. Retour
par le TGV du n + 1 au soir partant à 19h de Part-Dieu.
 Le seul problème matériel important est de
 passer une nuit à Lyon, ce pourquoi je vais
demander à Maurice Pouzet quand il peut
 m’héberger (je me répète : c’est l’âge et
la fatigue d’écrire une longue lettre).

 

 







free counters


Opus