L'humanité du temps

N. Lygeros




Au milieu de nulle part, se dresse un étrange monument. Il représente la mère des souffrances, le temps de l'oubli. Le paysage baigné de soleil n'est que silence.

Anna

C'était ici... Un temps.

Athéna

Vous étiez seuls, n'est-ce pas ?

Anna

J'ai pensé que c'était préférable. Un temps. Il vivait du silence...

Athéna

S'est-il approché du monument ?

Anna

Oui et non... Un temps. Il l'a contemplé de loin...

Athéna

Où se trouvait-il à ce moment ?

Anna

Là-bas, Elle indique une direction, au bord du néant...

Athéna va à l'endroit indiqué.

Athéna, surprise.

Ici ? Au seuil du vide ?

Anna

Oui, puis il s'est retourné et il a fixé l'horizon.

Athéna

Regardait-il un point précis ?

Elle tente d'en trouver un.

Anna

Il semblait plutôt voir un temps précis...

Athéna

Sais-tu de quelle époque il s'agissait ?

Anna

Il ne m'a rien dit...

Athéna

Pas un mot ?

Anna

Il souffrait en silence...

Athéna

Un souvenir ?

Anna

Non, un futur...

Athéna

Une vision ?

Anna

Il souffrait pour les autres...

Athéna

A-t-il regardé le mur ?

Elle indique un mur sur le côté.

Anna

Il y apposa sa paume ouverte comme s'il voulait laisser une trace sur la rondeur du métal.

Athéna

La mémoire d'un geste sur l'oubli de l'immobile.

Anna

C'était comme s'il connaissait chacun de ces hommes.

Athéna

Pourtant il n'était même pas né au moment de leur mort...

Anna

Dans la réalité... Un temps. Mais dans sa pensée...

Athéna, intriguée.

Oui ?

Anna

Ils habitaient sa pensée comme nous habitons cette terre...

Athéna

Nous ne la connaissons pas vraiment comme ils ne le connaissaient pas vraiment.

Anna

Son univers mental avait débordé de son existence.

Athéna

Il n'était plus un.

Anna

Il était nous. Un temps. Et chaque fois que je suis revenue ici, j'ai ressenti sa présence.

Athéna

Tu es revenue combien de fois ?

Anna

Aujourd'hui c'est la première fois...

Athéna

Son souvenir est devenu ta réalité.

Anna

Et ma réalité, sa présence.

Athéna, en changeant de ton.

Je me demande ce qu'il a vu dans notre futur.

Anna

Sans doute les vestiges du passé.

Athéna

Il est vrai qu'en apercevant des fresques byzantines, il voyait les cérémonies des fidèles.

Anna

Et en contemplant un théâtre, il regardait les pièces du passé.

Athéna

Il était une église : un théâtre byzantin.

Anna

Il était un théâtre : une église à ciel ouvert.

Athéna

Il était seul parmi les hommes.

Anna

Car il vivait pour eux.

Athéna

Avant de le rencontrer, je ne savais pas qu'il existait de tels hommes...

Anna

Mais ils n'existent pas.

Athéna

Comment ?

Anna

Ces hommes, c'est nous !

Athéna

Ils sont pourtant si différents...

Anna

S'ils sont si différents, c'est qu'ils ne font pas de différence. Un temps. Ils existent en chacun de nous.

Athéna

Sans exister.

Anna

Ils n'existent pas en eux-mêmes. Silence. Ils n'existent qu'à travers nous...

Athéna

Ils sont nos pensées et nos souffrances.

Anna

Car nous ne sommes que cela.

Athéna

Ils sont si humains qu'ils semblent inhumains...

Anna

S'ils semblent inhumains, c'est qu'ils sont trop humains...

Athéna

Ils sont l'humanité de l'humanité.

Silence.

 







free counters


Opus