22072 - Sur la résolution du conflit arménien

N. Lygeros

  • Post Category:Articles

Comme les problèmes à la frontière de l’Artsakh semblent se poursuivre afin d’éviter l’escalade, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe considère qu’il faudrait que le Groupe de Minsk envisage de revoir son approche dans la résolution du conflit. Aussi à ce sujet, il serait intéressant d’étudier plus en détail certains articles du Traité de Sèvres qui pourraient être non seulement utiles mais aussi efficaces pour cette résolution complexe. En effet, il n’est pas nécessaire d’intégrer l’ensemble du processus pour comprendre ce schéma mental. Ainsi si on considère l’article 92: “Les frontières respectives entre l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie seront déterminées par accord direct entre les États concernés. Dans le cas où les États concernés ne parviendraient pas à déterminer la frontière par un accord à la date de la décision mentionnée à l’Article 89, la ligne de frontière en question sera définie par les Principales Puissances Alliées, qui se chargeront également de son tracé sur le terrain.” nous pouvons voir de manière explicite qu’il est possible d’avoir un cadre de résolution, qui soit accepté, par la communauté internationale puisqu’en cas de difficulté entre les états locaux, il est possible de s’adresser aux Puissances via l’article 89: “La Turquie et l’Arménie ainsi que les autres Hautes Parties contractantes conviennent de soumettre à l’arbitrage du Président des États-Unis d’Amérique la détermination de la frontière entre la Turquie et l’Arménie dans les vilayets d’Erzeroum, Trébizonde, Van et Bitlis et d’accepter sa décision, ainsi que toutes dispositions qu’il pourra prescrire relativement à l’accès à la mer de l’Arménie et la démilitarisation de tout territoire turc adjacent.” Cet exemple concret permet de faire une transposition dans le conflit actuel: Et dans ce cadre il serait judicieux d’avoir en tête la carte du Président Wilson afin de ne pas commettre d’erreur d’interprétation car elle décrit concrètement la vision de l’époque qui montre une continuité avec la réalité contemporaine. Sinon un examen actuel pourrait comporter des difficultés qui ne proviennent pas de l’histoire mais de la propagande. Ainsi en retrouvant le point de vue initial il est possible d’effectuer une résolution plus efficace et juste sans avoir les effets secondaires.