2237 - Notes d’Alexandre Carathéodory sur la correspondance de Bismarck

N. Lygeros

  • Post Category:Articles

Correspond. diplque de M. de Bismarck 1851-1859

                        2. vol. in 8° Paris 1883

T.I. p 261          Notes autographes de Mr de Bismarck en marge

                           du document précédent.

27 avril              Les puiss. occid. agissant séparément ont : 1° retiré la note acceptée

1854                   par la Russie. 2° Envoyé leurs flottes dans la mer noire. 3° Déclarée

                           la guerre. 4° Changé le but de la guerre

                           Par le traité du 20 avril promet plus que par celui de mai 1851.

                           Le 20 avril déçoit l’attente des Etats Allemands et discrédite la

                           Prusse auprès d’eux ; ils voient que l’Autriche est maîtresse. Les

                           bouches du Danube ont fort peu d’intérêt pour l’Allemagne

                           la mer Adriatique, la domination de l’Angleterre sur les îles

                           Ioniennes et sur la Morée en ont dix mille fois davantage.

p. 272                Mr de Prokesch ne s’est pas exprimé sur la situation fu-

                           ture de ces pays. (Ptés Danube et Serbie)… L’idée personnelle

                           de M. Prokesch serait de fonder un Empire byzantin

                           par lequel on créerait deux églises grecques et détruirait l’

                           ascendant de la Russie sue les corélégionnaires  d’Orient.

p 308.                V.E. sait donc sans doute que sur les 4 points (de Garantie

24. 7bre 1851    de Vienne) M. de Pfordhan ne considère au fond que celui qui

                           a pour objet la navigation du Danube comme touchant à des

                           intérêts allemands qu’il regarde la révision du traité de 1841

                           comme indifférente par l’Allemagne  et qu’il craint que la

                           protection des chrétiens des Ptes Danube  et de la Turquie stipulée

                           par les deux derniers points, ne soit en réalité que l’absence

                           de toute protection et ne compromette  l’honneur des

                           Gts Chrét. de la Conf. German. Ainsi que le prouve déjà suffisam-

                           ment la réunion de la croix et du croissant sur le même drapeau


p 344                 Des alliances entre de Grands Etats n’ont de la valeur que si

                           elles sont l’expression solennelle d’intérêts réels communs aux

                           contractants ; toutes les clauses, toutes les interprétations du

                           monde ne peuvent suppléer au manque de bonne volonté, d’action

                           de liberté d’énergie, si l’une des parties se sent sacrifiée et

                           traitée par l’autre [mot manquant]

p 424                 Il se formerait réellement une littérature fort originale

16 mars             de dépêches, si l’on voulait fonder sans vérifier les faits,

1855                  des démarches officielles sur chaque affirmation particulière

                           d’un agent autrichien ou français.

T. II p 3            20 mars 1855. On fait courir ici le bruit singulier

                           que l’Emp. Napol. se rendra en Crimée pour mettre les généraux

                           à la raison et qu’ensuite, si Sébastopole ne se laisse pas prendre

                           il conduira son armée à Consple pour recueillir la succession de

                           la Porte et dédommager les français de leur échec en Crimée

                           pour la reconstitution de l’Empire Latin (v. aussi p 11.)