26854 - Analyse conceptuelle de la Motion des 28 Etats africains

N. Lygeros

  • Post Category:Articles

Le 18 Juillet 2016, une nouvelle Motion a été présentée au Président de l’Organisation de l’Union Africaine, au nom du Bénin, du Burkina Faso, du Burundi, du Cap Vert, du Comores, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de Djibouti, de l’Erythrée, du Gabon, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, de la Guinée-Bissau, de la Guinée-Equatoriale, du Libéria, de la Libye, de la République Centrafricaine, de la République Démocratique du Congo, de Sao Tomé, du Sénégal, du Seychelles, de Sierra Leone, de la Somalie, du Soudan, de Swaziland, du Togo, de la Zambie. Elle concerne directement l’avenir de cette structure international où le Maroc peut jouer un rôle dynamique qui ouvre des perspectives. La teneur de cette Motion précise les points suivants :

A/ Ayant à l’esprit les idéaux authentiques de la construction africaine;

A laquelle le Maroc a joué un rôle essentiel.

B/ Fidèles aux principes et objectifs de l’Union Africaine, notamment la réalisation d’une plus grande unité et solidarité entre les Etats africains, la défense de leur souveraineté et de leur intégrité territoriale, la promotion de la paix, la sécurité et la stabilité sur le Continent, la promotion de la coopération internationale, tenant dûment compte de la Charte des Nations et la création des conditions appropriées permettant au Continent de jouer le rôle qui est le sien dans l’économie mondiale;

Remarque qui confirme le positionnement international de l’ensemble et non pas un repli sur soi qui ne permet pas des échanges constructifs avec les autres continents.

C/ Regrettant l’absence du Royaume du Maroc des instances de l’Union Africaine, et conscients des circonstances particulières dans lesquelles la «république arabe sahraouie démocratique» a été admise à l’Organisation de l’Unité Africaine;

Ceci constitue le point clef de cette Motion et montre de manière concrète une compréhension des évènements qui ne tient plus compte seulement des positions respectives de chacun mais parallèlement de la notion d’équilibre global sans subir des influences locales qui n’ont pas de sens pour l’Union Africaine.

D/ Accueillant très favorablement la teneur du Message historique adressé par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI, Roi du Maroc, au Président en exercice du 27ème Sommet de l’UA pour distribution auprès des Chefs d’Etat et de Gouvernement y participant.

Cet intermédiaire met en place l’initialisation d’un changement de phase.

1. Saluent la décision du Royaume du Maroc, membre fondateur de l’OUA et dont la contribution active à la stabilité et au développement du Continent est largement reconnue, d’intégrer l’Union Africaine et entendent œuvrer pour que ce retour légitime soit effectif dans les meilleurs délais;

Ici nous voyons clairement la différence qui est effectuée entre l’OUA et l’UA alors que la seconde est la suite de la première, pour permettre de mettre en place une nouvelle stratégie convergente sur la réintégration du Maroc qui affiche sa volonté tout en mettant en évidence la nécessité d’un changement statutaire qui devra se baser sur les deux tiers des membres.

2. Décident d’agir en vue de la suspension, prochaine, de la « république arabe sahraouie démocratique » des activités de l’Union Africaine, et de tous ses organes, afin de permettre à l’UA de jouer un rôle constructif et de contribuer positivement, aux efforts de l’ONU, pour un dénouement définitif au différend régional sur le Sahara.

La stratégie consiste donc à être consistant avec la position des Nations Unies quant à la neutralité des Etats membres, sans rester sur des positions qui n’ont plus de consistance avec les changements survenus.