27356 - L’exploitation indigne des camps de Tindouf

N. Lygeros

  • Post Category:Articles

Comment croire le gouvernement algérien lorsqu’il affirme s’intéresser à la cause sahraouie alors qu’il tente par tous les moyens et ce, depuis des années, d’exploiter de manière indigne les camps de Tindouf. Pour cela, il ne se contente pas seulement de détourner les fonds alloués par l’Union Européenne à l’aide humanitaire dans les camps de réfugiés comme l’a démontré le rapport de l’Office Européen de lutte antifraude, mais il impose de plus une taxe sur l’aide humanitaire. Depuis des années, le gouvernement algérien avec les responsables des camps, prenait pour son compte un pourcentage de l’argent prévu pour aider les réfugiés sahraouis alors qu’il prétend vouloir les aider. La réalité s’est donc affichée au grand jour et tout le monde a compris de manière on ne peut plus claire que le gouvernement algérien se moque bien de la cause sahraouie. Ce qui l’importe véritablement c’est de pouvoir exploiter la misère des camps de Tindouf pour mieux contrôler les réfugiés afin qu’aucun d’entre eux ne puisse s’élever ouvertement contre sa volonté. Cette nouvelle découverte montre bien que même l’aide de l’Union Européenne est exploitée pour une prétendue cause qui n’a aucun sens pour le gouvernement algérien, si ce n’est d’avoir accès à un conflit pour faire la promotion de sa politique extérieure. Ainsi il suffirait de placer les réfugiés dans un autre état afin que l’aide humanitaire leur parvienne de manière effective et efficace. Mais bien sûr le gouvernement algérien s’y opposerait de façon véhémente puisqu’il tire profit de cette situation de crise. L’information donnée par le Commissaire Européen à l’aide humanitaire et à la réaction aux crises prouve que tous les achats destinés à être distribué sous forme de don aux réfugiés sahraouis sur le territoire algérien étaient jusqu’ à l’année 2016 encore soumis à la TVA imposée par les autorités algériennes. Ce montant pour les années entre 2010 et 2014 représente en moyenne 200.000 Euros par an. Voilà comment le gouvernement algérien aidait la population sahraouie toutes ces années.