54 - Analyse de : La fabuleuse découverte des ruines de Troie de Schliemann

N. Lygeros

  • Post Category:Articles

Ce mois je vais analyser un livre tout à fait exceptionnel. En effet il s’agit de la première réédition de La fabuleuse découverte des ruines de Troie (1868-1873). Et l’auteur est le découvreur lui-même à savoir Heinrich Scliemann. Ce légendaire autodidacte, devenu archéologue à la force du poignet. D’ailleurs il l’écrit très clairement: “[…] rien ne stimule plus à l’étude que la misère et la perspective certaine d’en sortir à force de travail.”

Il est fondamental de comprendre qu’à son époque l’Iliade et l’Odysée étaient pour beaucoup tenus pour des romans et pour les rares autres l’erreur sur l’emplacement de Troie était fatale.

Or Schliemann grâce à sa profonde connaissance de ces deux oeuvres et à son esprit critique très aigu est parvenu là où tous les autres avaient lamentablement échoué à trouver l’emplacement réel de Troie.

Dans la première partie de son livre il décrit son argumentation. Il transforme le moindre renseignement en un point d’appui incontestable pour sa thèse. Et il n’y va pas par quatre chemins !

Il commence tout de suite par une très belle démonstration sur le fleuve Scamandre, effectue une parfaite critique de la thèse de Nicolaides. Grâce à ses remarques sur le nombre de ruines et leur taille à Mycènes (c’est lui qui a ouvert les fouilles dans ce site) il entreprend l’anéantissement de la théorie qui identifie Troie à Bounarbaschi. Il utilise ensuite l’argument de la distance entre les camps ennemis (Grecs et Troyens) pour produire un bon raisonnement quoiqu’en exploitant une hypothèse très forte sur la véracité du temps du récit dans l’Iliade. Emet une excellente réflexion sur la prédiction concernant Enée et une remarque percutante sur la taille cyclopéenne des étables de porcs d’Eumée. Précise l’importance du site en mettant en avant le fait que la ville de Troie fut utilisée par Alexandre le Grand et César.

Dans la deuxième partie de son récit il décrit ses difficultés pour entreprendre les fouilles