58253 - L’apport de la Révolution Grecque à l’Humanité

N. Lygeros

  • Post Category:Articles

En 2021, deux siècles après le commencement de la libération de l’Hellénisme grâce à la Révolution Nationale, nous pouvons mesurer l’apport chronostratégique de son impact sur l’ensemble de l’Humanité. En effet, même si pour les Grecs il s’agit avant tout d’une fête nationale, son envergure dépasse de loin les frontières de la Grèce. Cela est d’ailleurs compréhensible puisque le phénomène du Philhellénisme a dès cette époque touché l’ensemble de l’Europe. Car les Européens voyaient déjà dans ce combat du peuple grec en 1821 contre l’oppresseur ottoman, une bataille entre la liberté et la barbarie. Le joug ottoman allait à l’encontre de l’Europe et non seulement de la Grèce aussi celle-ci a montré l’exemple par son propre sacrifice. La stratégie de l’insurrection grâce à Kolokotronis qui ne rendait compte qu’à Constantinople malgré sa chute en 1453, a démontré que l’Empire Ottoman n’était pas invincible mais aussi que la continuité de la grecité n’avait pas été brisée par l’esclavage et la barbarie. L’Hellénisme ne devait pas seulement lutter pour sa survie mais aussi pour montrer la voie de la libération à d’autres peuples qui pensaient à cette époque que c’était impossible. La début de la libération de la Grèce grâce au Péloponnèse a sonné le glas du joug ottoman sur la mer et pas seulement.  La situation stratégique de la Grèce en Mer Méditerranée, dans le Sud des Balkans a changé les cours de l’Histoire via la révolution du peuple grec. Le but ultime de l’Empire Ottoman, c’était la conquête de l’Europe. Seulement après la victoire de l’Empire Austro-hongrois au second siège de Vienne en 1683 grâce à l’aide de la Pologne, ce rêve fut brisé à jamais. Aussi le joug ottoman tenta d’exploiter les Balkans et la Grèce. C’était sans compter sur le désir de liberté des Grecs. Cette erreur stratégique turque qui avait sous-estimé les capacités de la Révolution Grecque, s’aggrava lorsque l’Europe tout entière admira cette révolte humaine. Car l’Europe voyait en elle l’esprit libre de l’Hellénisme qui avait engendré l’Humanisme et celui-ci le Siècle des Lumières. En se libérant, la Grèce libérait aussi les racines ancestrales de la civilisation européenne. La Révolution Grecque s’est inspirée de la Révolution Française de 1789 qui elle-même avait suivi celle des États-Unis de 1776 mais elle était allée au-delà du clivage interne, elle s’était opposée à une occupation barbare et c’est dans ce sens que l’Humanité qui lutte de manière diachronique contre la barbarie, a vu dans la Grèce un exemple lumineux. Cette bougie qui vacillait dans les ténèbres depuis quatre siècles sans s’éteindre, montrait désormais que la lumière n’était plus uniquement l’apanage d’un siècle, mais la couleur de la liberté pour toutes les luttes à venir de l’Humanité. Tel est l’apport de la Révolution grecque.