AMON

Ν. Λυγερός

  • Post Category:Sections

Ce dieu, de forme humaine, est représenté assis sur un trône, comme le sont pour l’ordinaire toutes les grandes divinités de l’Egypte. Sa carnation est bleue, couleur propre à ce personnage ; sa barbe est figurée par une appendice noire qui caractérise les divinités mâles ; et dans les cercueils de momie, cette appendice indique toujours une momie d’homme ; le dieu tient dans sa main gauche un sceptre terminé par la tête de cet oiseau qu’Horapollon nomme Koucoupha, sceptre commun à toutes les divinités mâles du Panthéon Egyptien, et qui était le symbole de la bienfaisance des dieux ; dans sa main droite est la croix ansée, symbole de la vie divine ; sa tête est ornée d’une coiffure royale, surmontée de deux grandes plumes peintes de diverses couleurs ; de la partie postérieure de sa coiffure descend une longue bandelette bleue ; son col est orné d’un collier, parfois très richement décoré ; sa tunique, d’abord soutenue au-dessous du sein, au moyen de deux bretelles, est fixée vers les hanches par une ceinture bleue ; des bracelets ornent le haut de ses bras, et souvent aussi la naissance du poignet.

Les premiers caractères de la légende hiéroglyphique placé devant l’image du dieu, forment son nom ordinaire, et se lisent Amen ou Amon; les deux signes suivants font souvent partie de ce même nom, qui se lit alors Amonré, Amonri ou Amonra. C’est ce nom divin que les Grecs ont écrit AMWN, AMOYN et AMMWN, en considérant cette divinité égyptienne comme identique avec leur ZEYS, le JUPITER des Latins.

Dans la théologie égyptienne, Amon, dont le nom signifait occulte ou caché, suivant l’égyptien Manéthon, était le premier et le chef des dieux, l’esprit qui pénètre toutes choses, l’esprit créateur procédant à la génération et à la mise en lumière des choses cachées.

La légende hiéroglyphique qui accompagne ordinairement les représentations de cet être divin, est : Amon-ré, seigneur des trois régions du monde, seigneur suprême ou céleste.

in PANTHEON EGYPTIEN de Jean-François Champollion.

Remarque :
En fait la légende hiéroglyphique doit être lue : Amon-Rê, seigneur des trônes du Double-Pays (i.e. Egypte), maître du ciel.